• 2014 anniv O²EnregistrerEnregistrer
  • CFC 2017EnregistrerEnregistrer
  • CFC 2013EnregistrerEnregistrer
  • CFC 2011bEnregistrerEnregistrer
  • WOCEnregistrerEnregistrer
  • Podium TTG 2017EnregistrerEnregistrer
  • provence-2EnregistrerEnregistrer
  • 2014 cfcEnregistrerEnregistrer
  • CFC 2012
  • WOC 2011
  • Vice-Champion de France du Trophée T GUEORGIOU -2017
  • CFC 2014 - Montée en Nationale 1 !!!
Imprimer

La semaine fédérale, Corrèze, pays de Brive, 17-23 août 2015

Écrit par Marie-Jeanne Gerbeaux. --> O² News



La semaine fédérale se déroule cette année  dans le Limousin, plus précisément en Corrèze, le fief de notre Président (non, Eric, pas toi,  pas le Président d’O2 ! non, le Président, le vrai, celui de la France !) et encore plus précisément, dans le pays de Brive-la-Gaillarde, aux confins de trois départements, la Corrèze, le Lot au sud et la Dordogne à l’ouest.

Le grand organisateur de ce rendez-vous annuel est Corrèze CO, le club local que nous pouvons féliciter et remercier grandement pour nous avoir régalés tout au long de ces sept jours dédiés à notre beau sport .

Le Centre de Course est situé à la base de loisirs de Lissac-sur-Couze située au bord du lac du Causse. Le camping du lac est le point de ralliement de la majeure partie des 30 coureurs d’O2 qui participent à l’événement.

Le lac, magnifiquement logé dans un écrin de verdure,  s’étend sur 90 ha et offre aux vacanciers deux plages où se baigner (les Opaliens ne s’en privent pas !), un plan d’eau où faire du kayak, de la planche à voile, de l’aviron… Artificiel, il est né en 1975 de l’ennoiement de la vallée de la Couze, après la construction d’une retenue d’eau sur cette petite rivière de 17 km dont le nom auvergnat signifie torrent. Ce petit ruisseau n’est pas bien long, mais il lui arrive bien des aventures : en arrivant à Noailles, il se perd dans le sous-sol et ne réapparaît que trois kilomètres plus loin. Il faut dire que nous sommes ici dans une région bien particulière : le causse (de calx= chaux) est un terrain calcaire qui a la particularité d’être « troué comme un gruyère. » L’eau y a fait dissoudre les carbonates et des cavités se sont formées, des gouffres, des grottes, comme celles que certains d’entre nous sont allés visiter (gouffre de  La Fage, grotte de Lascaux) . Ce système karstique est le même que celui que nous avons rencontré dans le Doubs,  lors d’un stage à Chapelle des Bois. Souvenons-nous de l’exercice où il fallait aller de doline en doline.) Dans ce système, il n’est pas rare de voir les cours d’eau disparaître puis resurgir un peu plus loin, comme le fait la  Couze. Et ce n’est pas tout ! La Couze  alimente le lac par un côté et ressort  de l’autre côté, traverse Saint Cernin de Larche, fait la frontière entre la Corrèze et la Dordogne et se jette dans la Vézère !

Le programme alléchant offre, aux plus gourmands, sept courses : 1 LD régionale, 1 sprint urbain, la qualification pour la finale du CFMD et une MD open, la finale du CFMD et une course open, le CF de nuit, le CFLD et , pour terminer, le CF de relais . Seul Vincent D., le plus gaillard d’entre nous, goûtera à tous les plats ! Bravo, Vincent ! (à la décharge de Jérôme et des jeunes, pendant les deux premiers jours, ils ne peuvent s’aligner au départ ; en effet, à l’invitation du CD62, ils s’affûtent en grand secret dans la forêt de Fontainebleau.)

Lundi 17 août, LD à Chasteaux, lac du Causse, carte du Crochet

Après un pique-nique à l’ombre des petits chênes qui bordent le terrain de rugby, chacun se dirige, à son heure, vers le départ. Une demi-heure de marche nous est annoncée. Il fait chaud. La petite route que nous longeons est bordée de maisons aux piscines bleu turquoise qui nous narguent, nous qui transpirons déjà. Nous arrivons au Fond du Crochet, un beau vallon herbeux qui accueille l’arrivée ; nous ne sommes qu’à mi-chemin ; Il nous faut grimper maintenant jusqu’au départ. Le terrain   de jeu du jour offre un relief très marqué ; Il présente une énorme balafre, une ligne électrique qui nous est un bon repère. De longs dévers rendent la course malaisée, de nombreuses levées de terre, des séries de petites clairières nous incitent à la vigilance. Bientôt nous déboulons dans la belle prairie aperçue à l’aller, c’est l’arrivée !

Une bien belle entrée en matière que cette longue distance !

Résultats

Mardi 18 août, sprint à Brive

De mémoire de Briviste, on n’a jamais vu déferler sur la ville une telle cohorte bigarrée ! Les passants, les commerçants sont intrigués, ils posent des questions : c’est quoi au juste, la course d’orientation ? C’est vrai qu’à Brive, on ne connaît que le rugby ! Le départ se fait près de la halle Georges Brassens qui accueille, en d’autres jours, la Foire du Livre de Brive, un événement littéraire d’ampleur nationale. Un petit tour dans le parc de la Guierle, un ancien marécage joliment aménagé au bord de la Corrèze, un passage obligé au pied de l’ancien château d’eau qui abrite aujourd’hui l’Office du Tourisme, une zone interdite, et nous arrivons dans les petites rues  du centre-ville qui s’arrondissent autour de la Collégiale Saint Martin Caron, euh, non, Saint Martin tout court ! Marguerite-Marie et Vincent les connaissent par cœur, ces petites rues, ils les arpentent tant et si bien qu’ils finissent par s’y perdre!! Les parcours sont assez courts ; nous voici  déjà à l’arrivée. L’atmosphère est ici comme feutrée. Les spectateurs goûtent le calme, assis sur les marches du petit amphithéâtre que dessine la place du Civoire. Les coureurs récupèrent de leurs efforts. La course se termine sous la  lumière  d’été qui caresse les belles façades de pierre ; l’église Saint Cernin, au fond de la rue, prend des couleurs dorées. L’armée pacifique des orienteurs  envahit les terrasses dans la douceur du soir.

Résultats

Mercredi 19 août, qualifications CFMD et course open, Saint Cernin De Larche, bois de Verrières

La joyeuse troupe des jeunes est là depuis hier soir, bien entraînée, prête à en découdre !

Nous sommes bien contents de retrouver Luc qui est allé parfaire son allemand pendant trois mois, tout là-haut à Kiel. Du hast uns vermisst ! Du bist willkommen, Luc !

C’est vrai qu’il nous a manqué, Luc, pendant tout ce temps ! Bienvenue aussi à Sophie pour son premier grand rendez-vous avec la CO ! Nous sommes 39 avec Sandrine, Manon, Bastien et nos Pyrénéens, Matthieu, Amandine et leurs cinq enfants.   Quelle belle famille !

Nous courons ce matin sur un terrain de plateau calcaire typique, avec de nombreuses dépressions, des zones boisées et des zones semi-ouvertes, des tas de pierres, des murets, de la mousse…

Julie et Maria, toutes deux qualifiées pour le CFMD, ouvrent la route ce matin. Maria se qualifie pour la finale  D16 en prenant la 9ème place de son groupe. Julie n’a pas cette chance chez les D18, elle termine 12ème. Elle est, on le comprend, très déçue. Ne sois pas triste, Julie, tu représentes le club au plus haut niveau chaque année, tant en MD qu’en sprint, tu es la seule à réussir cette prouesse, alors bravo !

Aujourd’hui, le Tour du limousin cycliste passe près d’ici. Les routes sont fermées à la circulation. Est-ce qu’on fait du vélo, nous ? Est-ce qu’on empêche les gens de rentrer chez eux ? Il faut prendre patience. Pas grave, il fait beau, on est bien ici.

Résultats

Jeudi 20 août, finale CFMD et course open, Saint Cernin de Larche, carte des Dolmens

Nous retrouvons aujourd’hui le même type de terrain calcaire qu’hier.

Un nouveau symbole, et pas des plus communs, attire l’attention: π = dolmen. La balise 46 est  en effet posée à l’entrée du dolmen de la Palein, un monument funéraire  datant du Néolithique (il a été érigé entre -3100 et -2500 ans), formé de 3 dalles calcaires verticales supportant la table, profond d’environ trois mètres  et situé sur un tumulus ovale d’une bonne trentaine de mètres de long. La balise 89  se trouve, elle, non loin d’un autre dolmen.

Joséphine termine première de la course open D16 tandis que Jean-Paul finit en tête des H65.

Résultats

Jeudi 20 août, Chartrier-ferrière, CF de nuit, carte forêt de Couzage

Après avoir traversé Chartrier-Ferrière,  un beau petit village de pierre  aux toits d’ardoise, dont l’activité repose sur l’élevage des oies, la fabrication du fromage de chèvre et de brebis, la cueillette des champignons et la production de truffes, nous arrivons à l’arena. Le soleil se couche, l’horizon rougeoie. Les auvents de l’organisation sont éclairés d’une douce lueur. Bientôt on ne voit plus que des ombres se faufiler, porteuses d’une lumière. Le ciel est étoilé comme jamais. C’est magique !

Tous les participants se dirigent vers le départ qui se fait sous forme de mass start, en quatre vagues, une toutes les sept minutes. Les cartes de la première vague sont retournées au sol. Chacun trouve la sienne sur la ligne de sa catégorie, les jeunes devant, les vieux derrière, forcément, ils n’avancent pas, les vieux ! On se croirait à Kourou un jour de lancement ! Le compte à rebours, repris en chœur par tous, commence. 10, 9, 8… La fusée décolle sous les applaudissements et les encouragements …Fabuleux ! Un petit trail de 800 mètres jusqu’à la toile de départ, et nous voilà partis à la poursuite des balises, nos étoiles à nous. Sous le faisceau des lampes frontales, des zones pierreuses où il est parfois très difficile de courir, des murets recouverts de mousse, de vastes zones herbeuses, des clôtures, une ruine, de hautes herbes et, pour les longs parcours, des zones interdites correspondant à des truffières (les paysans vigilants vont croire à une attaque de maraudeurs en voyant des lumières tourner autour de leur propriété. Qu’ils soient rassurés,  ils n’ont rien à craindre. Les orienteurs, ce qui les intéresse, ce sont les balises, rien d’autre, surtout pas les truffes !) Et pour finir, une arrivée sous les lampions ! Vraiment magique, cette course de nuit…

Marie-Jeanne obtient la médaille d’argent en D60.

Résultats

Vendredi 21 août, repos bien mérité

Certains  font une escapade jusqu’à la grotte de Lascaux, ou plutôt sa réplique, LascauxII, située à quelques dizaines de kilomètres du lac; d’autres préfèrent aller se perdre dans la  vieille ville de Sarlat (on pourrait y organiser un sprint, un jour, non ?) ; les jeunes eux, partent en nombre faire un laser game en plein air ; d’autres se reposent, tout simplement.

Samedi 22 août, CFLD, Chasteaux et Chartrier, carte de la forêt de Couzage

Chasteaux est une petite commune de quelque 520 âmes située sur un piton calcaire qui domine le lac du Causse.  Les falaises  blanches sont coiffées par la forêt de Couzage . L’arbre dominant dans cette forêt est le chêne pubescent ou chêne truffier. Il est souvent voisin de genévriers dont la présence favorise la production des truffes. On y trouve aussi le sorbier dont les fruits sont très prisés des oiseaux une fois l’automne arrivé, l’érable, le nerprun dont l’écorce servait autrefois de colorant jaune-vert. Les zones boisées alternent avec de nombreuses zones de pelouses où l’on croise de jolis petits papillons bleus comme l’azuré bleu céleste ou l’argus bleu nacré. La forêt de Couzage est classée en ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Faunistique et Floristique), comme le sont la forêt d’Ecault ou les dunes de la  Slack chez nous.

La course de nuit d’hier, la LD d’aujourd’hui et le relais de demain se déroulent sur des endroits préservés,  fragiles et riches en biodiversité. Les organisateurs et les acteurs locaux nous  font confiance. Nous en avons de la chance !

Aujourd’hui est un grand jour pour…Linaël. Notre p’tit benjamin participe à son premier Championnat de France. Regardez-le, Il est vraiment sérieux avec son beau maillot 02 et son  dossard numéro 1112 ; Vincent    lui met précautionneusement son doigt et les voilà tous deux partis au départ. Tout à l’heure on le verra passer, comme les grands, à la balise spectacle (maudite balise qui placée dans le pire raidillon qu’on puisse trouver en Corrèze, a fait perdre le nord à plus d’un coureur !) et terminer sa première grande course de 2,4 km à la  20ème place.  C’est super, Linaël ! Nous te souhaitons plein de belles grandes courses  comme celle-là !

La LD n’a, en revanche, pas souri à Sophie qui, pour son baptême du feu, se fait une belle entorse, ni à Sébastien qui, lui, se blesse au jambier antérieur, ni à Joséphine qui doit se résoudre à un pm à cause d’un cafouillage (elle court le parcours D16A alors qu’elle est, semble-t-il,  inscrite en D16B)

Résultats

Dimanche 23 août, CF de relais, Chasteaux, carte de la forêt de Couzage

Le Championnat de France de relais se déroule sur le même site que les deux dernières courses. Les départs s’échelonnent de 9h à 9h40. Cinq équipes représentent 02.

En H16-H14,  Luc et Mathis prennent la 14ème place. Martin et Mathis P., quant à eux, terminent 31èmes sur 58 équipes.

 Joséphine et Maria, en D16, terminent 8èmes. Bravo, les jeunes !

 Julie et Patricia finissent 5èmes en D20 open. Bravo, les moins jeunes ! L’équipe  de Jérôme et Vincent D., incomplète après la blessure de Sébastien, n’est pas classée. Mais ce n’est pas grave, l’essentiel étant de jouer, comme nous le répète notre coach, et de participer (ça, ce n’est pas du  Jérôme !)  

Voilà ! La semaine fédérale 2015 émaillée de joies, de promesses, de bobos, de déceptions, de plaisir, s’achève. Il nous faut maintenant préparer la prochaine ! Rendez-vous  du 8 au 14 août 2016 dans le Finistère !

logo